Joost van Vollenhoven

Joost van Vollenhoven

Joost van Vollenhoven, protestant d'origine hollandaise, né le 21 juillet 1877 à Rotterdam et Mort pour la France le 20 juillet 1918 à Montgobert, est un officier, capitaine au régiment d'infanterie coloniale du Maroc, un administrateur colonial, gouverneur en Guinée puis au Sénégal, d’origine néerlandaise, naturalisé français en février 1899. Gouverneur général d'Indochine et de l'Afrique-Occidentale française (AOF).

Sommaire

Biographie

En 1915, alors Gouverneur général d'Indochine, il rejoint à sa demande le front comme sergent d'infanterie coloniale, affecté au régiment d'infanterie coloniale du Maroc. Il est rapidement nommé sous-lieutenant. Blessé et plusieurs fois cité, il accepte en 1917 le poste de Gouverneur général à Dakar, fonction dont il démissionne quelques mois plus tard, en désaccord avec la politique de recrutement des soldats africains du ministre des Colonies.

De retour au front en 1918, il est cité à nouveau et promu capitaine, toujours au régiment d'infanterie coloniale du Maroc. En juillet 1918 il il est blessé d'une balle de mitrailleuse à la tête près du village de Parcy-Tigny, lors de l'offensive de la 10e Armée du Général Mangin. Ramené à l'arrière, il meurt à Montgobert le lendemain, le 20 juillet 1918.

Dans la forêt de Longpont, sur la commune de Montgobert, non loin de la maison forestière des Têtes de Chavigny, le capitaine Joost Van Vollenhoven repose sous un monument-tombe érigé en 1938, sculptures de Anna Quinquaud (1890-1984), réalisé par la Société Lescarcelle, entrepreneur à Courbevoie (Seine).

Le monument a été martelé par les troupes d'occupation en 1941 et restauré en 1954.

Le nom de Joost van Vollenhoven figure également sur la liste des 546 écrivains morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale au Panthéon de Paris ainsi que sur un monument commémoratif au jardin botanique de Hanoï (Vietnam, ex Tonkin).

Le square Van Vollenhoven, espace vert du 12e arrondissement de Paris, lui rend également hommage.

Décorations

Relevé mémorial

Le R.I.C.M.

Notes et références